Lumière pour les derniers jours

Les évangiles gnostiques

Si nous considérons clairement le message de nombreux programmes religieux sur les médias de nos jours, on peut souvent en tirer l'idée que, tout au début, l'église participât d'une sorte de complot pour faire supprimer des enseignements qu'on prétend auraient leur origine dans les paroles de Jésus mais qui ne se trouvent pas dans les quatre évangiles du Nouveau Testament tel qu'on les connaît aujourd'hui. Ces enseignements se trouvent dans les écrits généralement connus sous le nom Évangiles gnostiques. L'opinion est avancée que ces écrits ont été supprimés par l'Église primitive à des fins politiques et que leur inclusion dans la pensée chrétienne moderne aiderait à rendre le message de l'Évangile plus attrayant pour l'esprit moderne. Ces enseignements se trouvent dans les écrits généralement connus sous le nom d'Évangiles gnostiques. L'opinion est avancée que ces écrits ont été supprimés par l'Église primitive à des fins politiques et que leur inclusion dans la pensée chrétienne moderne aiderait à rendre le message de l'Évangile plus attrayant pour l'esprit moderne.

En fait, l'église primitive rejeta ces écrits pour de bonnes raisons. Le fait qu'ils puissent être attrayants pour la mentalité moderne signifie tout simplement que les mêmes erreurs contenues dans les écrits gnostiques sont en train de devenir les idées religieuses prévalentes dans notre culture.

Le gnosticisme était une philosophie qui mettait l'accent sur l'acquisition de la Gnose ou bien, la connaissance intérieure. La connaissance recherchée n'est pas strictement intellectuelle, mais mystique, c’est-à-dire, la connaissance intérieure de la réalité ultime. D’une manière générale, c'était une idée panthéiste qui considérait que Dieu était présent en tout ce qui existe et qui préconisait qu'en chacun de nous se trouve l'étincelle de la divinité normalement obscurcie par l'ignorance ou par la religion conventionnelle. C'est en fait la même idée que celle présente dans les religions orientales comme l'hindouisme et le bouddhisme et dans les enseignements mystiques d'autres religions comme la Kabbale dans le judaïsme.

Cette pensée est également à la base de la philosophie New Age, qui est maintenant la plus dominante dans la société occidentale. Si vous vous en doutez, prenez n'importe quel journal ou magazine populaire et trouvez-y la section qui traite des questions spirituelles. D’une manière quasiment inévitable, on y parlera des bienfaits du yoga, des techniques de méditation orientales et des thérapies, de la magie ou même de la sorcellerie. Les formes de christianisme qui enseignent que toutes les religions sont égales deviennent acceptables, mais le christianisme biblique appelant à la repentance du péché et à la croyance dans l'unique voie du salut par Jésus-Christ, s'il se mentionne, sera ridiculisé.

Dans cette ambiance de confusion spirituelle, il n'est pas surprenant qu'il y ait un intérêt pour les évangiles gnostiques. Les pionniers du mouvement New Age ont poussé à leur inclusion dans la culture dominante. Le psychologue suisse Carl Jung, source constante d'inspiration pour le New Age, a beaucoup fait pour introduire le gnosticisme dans le monde moderne. Il a soutenu que le christianisme et la culture occidentale ont gravement souffert à cause de la suppression de l'approche gnostique à la religion et il espérait que cette approche serait réincorporée dans notre culture. Madame Helena Blatavsky, qui a fondé la Théosophie en 1875, considérait les Gnostiques comme les précurseurs des mouvements occultes modernes et les saluait pour avoir préservé un enseignement intérieur perdu pour l'orthodoxie chrétienne.

Le Dr Groothuis, dans son livre « Révélons le Jésus du Nouvel Âge », énumère 7 points attachés qui comblent l'approche gnostique au sujet de Jésus et qui se retrouvent fréquemment dans la perspective du Nouvel Âge popularisée aujourd'hui.

  1. Jésus est vénéré comme un être hautement évolué spirituellement qui sert d'exemple d'un degré plus élevé d'évolution. Ses miracles sont acceptés comme des manifestations de sa maîtrise de l'énergie divine ou de son accès à la puissance du Christ.
  2. Le Jésus individuel, personnel, historique est séparé du Christ universel, impersonnel et éternel ou de la conscience du Christ. Jésus est un Christ, mais pas le Christ.
  3. La compréhension orthodoxe de Jésus comme révélation finale et suprême de Dieu est rejetée comme illégitime. Nous avons tous le potentiel de devenir des Christs.
  4. La mort de Jésus sur la croix n'est plus considérée comme ayant une signification morale pour le salut.
  5. La résurrection de Jésus d'entre les morts n'est pas considérée comme un fait physique démontrant sa victoire sur le péché, sur la mort et sur Satan, mais comme un triomphe spirituel qui n'est pas unique à Jésus. Il existe de nombreux autres Maîtres Ascensionnés.
  6. La seconde venue de Jésus n'est pas un retour littéral, physique et visible dans les nuages à la fin de l'âge mais c'est plutôt une étape dans l'évolution de la race. Un enseignant du Nouvel Âge dit à ses clients : Vous êtes Dieu, vous faites tous partie de la seconde venue.
  7. Des documents extrabibliques exotiques pas inclus dans les Écritures sont considérés comme des sources de matériel authentique à propos de la vie de Jésus.

La recherche de documents extra-bibliques a reçu un coup de pouce majeur en décembre 1945 avec la découverte de 13 papyri reliés en cuir près de Nag Hammadi en Haute-Égypte datant d'environ 350 après JC. Ces livres n'ont été imprimés en anglais qu'en 1977, mais sont depuis devenus une source pour la pensée du Jésus du Nouvel Âge. Ils présentent la vision gnostique de Jésus, qui a été condamnée comme hérésie par l'Église primitive. Ceux qui défendent ces écrits comme Elaine Pagels dans son livre "Les Evangiles Gnostiques" affirment que le Gnosticisme doit être considéré aussi légitime que le Christianisme Orthodoxe, car l'hérésie représente simplement une fraction concurrente au sein du Christianisme.

En bref, la vue gnostique est la suivante. L'univers actuel n'est pas bon, il n'a pas été créé par un Dieu entièrement bon. Un dieu moindre, ou démiurge comme on l'appelle parfois, a façonné le monde dans l'ignorance. Le résultat est un cosmos matériel imbibé d'ignorance, de douleur, de décomposition et de mort, un travail bâclé si vous voulez. Néanmoins, cette divinité exige despotiquement l'adoration et proclame même sa suprématie en tant que seul vrai Dieu prétentieusement.

Ce dieu créateur n'est pas la réalité ultime mais plutôt une dégénérescence de la plénitude inconnue et inconnaissable de l'être. Cependant, certains êtres humains ont le potentiel de sortir de l'esclavage de cette création imparfaite parce que ce créateur a accidentellement placé l'étincelle de la divinité dans leurs êtres. La quête spirituelle est donc de découvrir la bonne partie de nous-mêmes et d'échapper au mal du monde matériel. Dans cette situation, le Jésus qu’on aperçoit, n’est plus notre Sauveur du péché, mais un des êtres intermédiaires (appelés éons) qui descendent des échelons supérieurs, venant de ce niveau exalté pour allumer la flamme de notre connaissance intérieure (Gnose).

L’Évangile gnostique de Thomas fait dire à Jésus : « Quiconque boit de ma bouche sera comme moi, et je serai comme lui. Le royaume est en vous et il est aussi en dehors de vous. Lorsque vous vous connaîtrez vous-mêmes, alors vous deviendrez connus et vous vous rendrez compte que c'est vous qui êtes les fils du père vivant. Mais si vous ne vous connaissez pas, vous vivez dans la pauvreté et vous êtes vous-même cette pauvreté. C'est moi qui suis la lumière qui est au-dessus de tous. C'est moi qui suis le tout. De moi tout est sorti, et vers moi tout s'est étendu. Fendez un morceau de bois et me voilà. Soulevez une pierre et vous me trouverez là-bas. »

Les textes gnostiques qui traitent de la crucifixion et de la résurrection de Jésus révèlent certains thèmes communs, qui sont totalement en conflit avec le récit du Nouveau Testament. Dans l'Apocalypse de Pierre, il y a une vision de deux Jésus sur la croix, l'un empalé et l'autre riant. Celui que vous avez vu sur l'arbre heureux et riant, c'est le Jésus vivant. Mais celui dans les mains et les pieds duquel ils enfoncent les clous est la partie charnelle qui est le substitut honteux, celui qui est devenu un être à sa ressemblance. Dans le Deuxième Traité du Grand Seth, Jésus dit : « Je ne suis pas mort en réalité mais en apparence … Ceux qui sont dans l’erreur et dans l’aveuglement me virent ; ils m'ont puni. C'était un autre, leur père, qui but le fiel et le vinaigre ; ce n'était pas moi. Ils m'ont frappé avec le roseau ; c'était un autre, Simon, qui a porté la croix sur son épaule. Je me réjouissais dans la hauteur de voir le tout. Et je moquais leur ignorance. » Fait intéressant, le Coran propose une idée similaire, à savoir que Jésus n’est pas vraiment mort sur la croix, mais qu’un comme lui a été mis sur la croix. Cela prouve qu'une partie de l'inspiration du Coran provenait de fausses doctrines du christianisme et des évangiles gnostiques.

Cela devrait suffire à montrer pourquoi ces textes n'ont pas été inclus dans le Nouveau Testament. Ce n'était pas une sorte de complot sinistre, mais simplement le fait qu'ils dépeignent un autre Jésus qui n'est pas du tout le Messie de l'histoire, mais un fruit de l'imagination corrompue d‘écrivains qui d'ailleurs n'avait rien à voir avec les apôtres Thomas et Pierre.

La vision biblique est radicalement différente de celle décrite ci-dessus. Dieu est un bon Dieu qui a créé un monde parfait, qui a été corrompu par le péché d'Adam et Eve quand ils ont cédé à la tentation de Satan dans le jardin d'Eden. Depuis ce temps-là, le péché a régné sur la race humaine, mais Dieu a fourni un témoignage, d'abord à travers les Écritures hébraïques qui nous donnent Sa loi et promettent la venue du Messie qui nous délivrera du péché et nous permettra de connaître le Seigneur. Les écritures du Nouveau Testament révèlent l'identité du Messie et la manière par laquelle Il nous a racheté. Elles nous montrent aussi comment nous pouvons être sauvés du péché. Ce n'est pas en découvrant la divinité en nous - en fait, lorsque nous regardons en nous, nous découvrons seulement notre nature humaine et pécheresse - mais par la repentance et la foi dans le sacrifice unique du Seigneur Jésus-Christ pour les péchés de l'humanité et en l'invitant de l'extérieur à venir dans notre vie intérieure. Comme Jésus le dit dans Apocalypse 3.20: « Voici : je me tiens devant la porte et je frappe. Si quelqu’un entend ma voix et ouvre la porte, j’entrerai chez lui et je dînerai avec lui et lui avec moi. »

L'église primitive a rejeté les écrits Gnostiques et la raison est donnée dans le Nouveau Testament lui-même. ‘Ils sont sortis du milieu de nous, mais ils n'étaient pas des nôtres; car s'ils eussent été des nôtres, ils seraient demeurés avec nous, mais cela est arrivé afin qu'il fût manifeste que tous ne sont pas des nôtres.’ 1 Jean 2.19. En d'autres termes, ils ont quitté le christianisme apostolique authentique pour former un nouveau mouvement qui leur est propre. ‘Qui est menteur, sinon celui qui nie que Jésus est le Christ? Celui-là est l'antéchrist, qui nie le Père et le Fils.’ 1 Jean 2.22. Les Gnostiques ont nié à la fois la bonté du Dieu Père et le caractère unique de Jésus en tant que Fils de Dieu et Fils de l'homme et l'unique médiateur entre Dieu et l'humanité, ce qui est l'enseignement clair du Nouveau Testament. Par conséquent, ils ont l'esprit de l'antéchrist.

'Il y a eu parmi le peuple de faux prophètes, et il y aura de même parmi vous de faux docteurs, qui introduiront des sectes pernicieuses, ... reniant le maître qui les a rachetés'. 2 Pierre 2.1. L'esprit de l'antéchrist derrière les écrits gnostiques signifie qu'ils nient le caractère unique de la mort et de la résurrection de Jésus et la puissance de son sang par laquelle il nous a rachetés du péché. Les citations ci-dessus sur la croix sont une manifestation puissante de la haine de Satan pour la délivrance du mal que Jésus a obtenu sur la croix pour tous ceux qui croient en Lui.

Il existe beaucoup de preuves confirmant que l'église primitive a accepté les écrits que nous connaissons maintenant comme le Nouveau Testament dès le début de l'ère chrétienne, même s'ils n'ont pas été formellement définis comme le canon des 27 livres du Nouveau Testament jusqu'au quatrième siècle de l'ère chrétienne. En 180 après JC, Irénée, enseigné par Polycarpe, le disciple de Jean, pouvait écrire dans son ‘Traité contre les Hérésies’ que ‘l'idée d'un évangile quadruple était devenue tellement la norme acceptée du christianisme qu'elle pouvait être qualifiée comme fait établi, évident comme les quatre points cardinaux de la boussole ou les quatre vents’.

On peut entrevoir dans les évangiles gnostiques la source des distorsions du christianisme qui ont suivi, à la fois l'islam (la vision musulmane de ce qui s'est passé sur la croix est très similaire à celle citée ci-dessus dans les évangiles gnostiques), et dans les Témoins de Jéhovah et le Mouvement New Age, ainsi que les distorsions du message authentique de l'Évangile au sein de l'Église chrétienne pratiquante. Ce n'est pas un hasard si le monde moderne, tout en rejetant le message authentique de l'Évangile, cherche une alternative dans les Évangiles gnostiques. Satan ne génère pas de nouvelles idées ; il recycle tout simplement le même poison dans des bouteilles différentes.

Le gnosticisme déguisé en robes du Nouvel Âge ne présente aucun défi moral à la repentance et à la foi comme du christianisme authentique. Par conséquent, il s'intégre bien au style de vie immoral permissif adopté à notre époque et sans cesse propagé par les médias. C'est pourquoi il est défendu par des penseurs progressistes qui dominent la télévision et qui utilisent ce média puissant pour corrompre et détruire la morale de notre nation. Le vrai complot est leur suppression des preuves du christianisme biblique et du message évangélique comme réponse à l'état déplorable de notre société. Pour cela, ils devront un jour rendre compte au Dieu Tout-Puissant.

3 comments

  • Just keep studying and reading the Bible and if you are a follower of Jesus then follow his words about the end time, Paul said, walk by faith and not sight, 2 Cor 5:7, Hebrews 12: 1-2 tells us to run the race with patience and to focus our eyes onto Jesus because he is the Author and perfecter (finnisher of our Faith). In other words do not focus on the things surrounding you but focus on Him who is our hope and Salvation. He will take you through these final days. Amen