Light for the Last Days

Quel âge a le monde ?

Le Talmud, qui est le texte central du judaïsme rabbinique et la source principale de la loi juive, contient cette déclaration dans b.Avodah Zarah 9a.

« Le monde doit exister pendant six mille ans ; les deux mille premières années sont vides ; les deux mille années suivantes sont l’ère de la Torah, et les deux mille années suivantes sont l’ère du Messie. En raison de nos nombreux péchés, une partie de ces années est déjà passée et le Messie n’est pas encore venu ».

Talmud b.Avodah Zarah 9a

Un article du site israel365.com fait ce commentaire :

« Le Talmud (Traité Avodah Zarah 9a) affirme que le monde durera 6 000 ans. Cette durée se décompose en trois périodes : pendant 2 000 ans, le monde est resté vide, pendant 2 000 ans, le monde a existé « dans la Torah », et les 2 000 dernières années seront l’âge où le Messie pourra venir, en fonction des actions de l’humanité. À la fin des 6 000 ans, le Messie doit venir, même si l’humanité ne s’y est pas préparée. »

israel365.com
https://www.israel365news.com/110117/scientist-recalculates-time-til-end-of-days/

Les 2 000 ans de désolation sont réputés être la période allant d’Adam à Abraham.Les 2 000 ans de la Torah sont dits s’étendre depuis le temps d’Abraham (ou Moïse). Cela conduit ensuite aux 2 000 ans de l’ère messianique. Selon ce calcul, nous devrions maintenant être dans le temps du Messie.

Le commentateur juif médiéval, Rachi, explique cela en disant :

« Après 2000 ans de Torah, Dieu a décrété que le Messie viendrait et que la génération méchante prendrait fin tandis que l’asservissement d’Israël serait détruit ».

Rachi

La raison pour laquelle le Messie n’est pas venu selon Rachi est que les péchés d’Israël étaient nombreux.

Rachi dit que le Messie n’est pas venu à cause de nos péchés, mais le Nouveau Testament nous dit que c’est précisément pour cela que le Messie est venu. Il est venu pour nous sauver de nos péchés, accomplissant ainsi la prophétie d’Esaïe concernant le Messie-Serviteur souffrant :

« Nous étions tous errants comme des brebis, Chacun suivait sa propre voie; Et l’Éternel a fait retomber sur lui [le Messie] l’iniquité de nous tous. Il était retranché de la terre des vivants Et frappé pour les péchés de mon peuple »

Ésaïe 53.6,8

Pour Juifs et non-Juifs messianiques, cette Écriture s’est accomplie en la personne de Yéchoua ha Mashiach, Jésus-Christ. Par conséquent, nous sommes maintenant dans l’ère qui suit la première apparition du Messie, il y a quelque 2000 ans.

Si le Talmud n’est pas une écriture inspirée, il est aussi fait mention, dans les prophètes hébreux, d’une période de 2000 ans relative aux apparitions du Messie.

Le prophète Osée évoque un temps où Israël sera mis à l’écart des desseins de Dieu. Ce ne sera pas une condition permanente, car Israël reviendra au Seigneur à la fin des temps :

« Car les enfants d’Israël resteront longtemps sans roi, sans chef, sans sacrifice, sans statue, sans éphod, et sans théraphim. Après cela, les enfants d’Israël reviendront; ils chercheront l’Éternel, leur Dieu, et David, leur roi; et ils tressailliront à la vue de l’Éternel et de sa bonté, dans la suite des temps ».

Osée 3:4-5

Le rabbin David Kimchi (1160-1235) commente ainsi Osée 3 :

« Ce sont les jours de la présente captivité parmi les nations, où nous sommes entre les mains des goyim, au pouvoir de leurs rois et de leurs princes, et où nous sommes sans sacrifice à Dieu et sans image de faux dieux, sans éphod et sans théraphim – sans éphod consacré à Dieu qui nous permettrait de prédire l’avenir comme avec l’Ourim et le Thoummim, et sans théraphim consacrés aux faux dieux. Et telle est la condition des enfants d’Israël dans la présente captivité ».

rabbin David Kimchi

Le temps d’Israël dans l’histoire

Ce temps de désolation devait durer « beaucoup de jours » (en hébreu yamim rabbim), une longue période de diaspora juive parmi les nations. Elle prendrait fin lors du retour des enfants d’Israël à l’Éternel et à David leur roi (David parle ici du Messie fils de David / Mashiach ben David, une désignation hébraïque pour le Roi Messie régnant).

Quand cette période devait-elle commencer, quand devait-elle se terminer? La réponse a trait au concept des dispensations, ou périodes, répertoriées dans la Bible. Ce sont des périodes où Dieu transforme la manière dont Il dispense Sa vérité au monde. Durant la période s’étendant jusqu’à Moïse, Dieu a transmis Sa vérité moyennant Israël et la loi donnée à Moïse.

À la suite de la venue de Jésus en tant que Messie, C’est Lui qui aujourd’hui transmet Sa vérité par le truchement de la Nouvelle Alliance. Tel est le message de l’Église remplie de l’Esprit et composée de Juifs et de Gentils qui croient que Jésus est le Messie. Jérémie 31.31-34 prophétise la venue de la Nouvelle Alliance que Dieu allait conclure « avec la maison d’Israël et la maison de Juda » et par laquelle ils en viendraient à connaître le Seigneur et à recevoir le pardon de leur péché ainsi que la Loi de Dieu écrite dans leur cœur.

Le livre des Actes des Apôtres décrit la venue du Saint-Esprit sur les disciples juifs de Jésus. Cela s’est produit lors de la fête juive de Chavouot, le jour de la Pentecôte, qui, selon le judaïsme rabbinique, célèbre le don de la Torah à Moïse au Sinaï. La Pentecôte / Chavouot a eu lieu cinquante jours après la mort et la résurrection du Messie et dix jours après Son Ascension et Son retour au Ciel, comme le relate Actes 1-2. Avant son départ, Jésus a dit aux disciples d’attendre à Jérusalem jusqu’à la réception du Saint-Esprit, puis d’aller dans le monde entier prêcher l’Évangile.

Le jour de la Pentecôte, Pierre a dirigé les disciples juifs de Jésus dans leur prédication de l’Évangile. Son message était que Jésus est mort pour nos péchés, qu’Il était ressuscite des morts, et que par la repentance et la foi en Jésus, nous pouvons trouver le pardon des péchés et recevoir la vie éternelle. Il a prêché à une foule de Juifs et 3000 d’entre eux ont reçu le salut par la foi en Jésus. Partant de là, le message s’est propagé d’abord parmi les Juifs vivant à Jérusalem, en Judée et dans les environs, puis parmi les païens et jusqu’aux extrémités de la terre.

Notez que cela ne signifie pas que Dieu a remplacé Israël par l’Église, mais qu’Il a remplacé la Torah par la Nouvelle Alliance comme base de sa relation avec l’humanité. Le nouveau corps de l’Église a été construit sur le fondement de la Loi et des prophètes et de la Nouvelle Alliance par l’intermédiaire du Messie. Les disciples juifs de Jésus ont consigné ces éléments dans le Nouveau Testament et ont été les premiers à diffuser son message dans le monde.

Le livre des Actes des Apôtres rapporte que des milliers de Juifs, y compris de nombreux Pharisiens, ont fini par croire en Jésus à l’époque de l’Église primitive. Cependant, les autorités religieuses ont continué à s’opposer au message de l’Évangile et ont essayé d’empêcher les Apôtres de le prêcher. C’est ainsi que le jugement de Dieu s’est abattu sur cette génération avec la destruction du Temple et de la ville de Jérusalem en l’an 70, après l’échec de la révolte juive contre les Romains. S’ensuivirent de longues années de dispersion des Juifs parmi les nations du monde. C’est ce qui était spécifiquement prophétisé dans Daniel 9.26 et Luc 21.21-24.

Selon un nombre de prophètes hébreux, il y aura un retour du peuple juif sur la Terre d’Israël et dans la ville de Jérusalem dans les derniers jours de cet ère (Ésaïe 11, Jérémie 31, Ézéchiel 36, Zacharie 12). La prophétie d’Osée prédit également un retour du peuple juif vers l’Éternel dans les derniers jours. Dans Osée 5.14-15, nous lisons que le Seigneur parle à Israël en ces termes :

« Je serai comme un lion pour Éphraïm, Comme un lionceau pour la maison de Juda; Moi, moi, je déchirerai, puis je m’en irai, J’emporterai, et nul n’enlèvera ma proie. Je m’en irai, je reviendrai dans ma demeure, Jusqu’à ce qu’ils s’avouent coupables et cherchent ma face. Quand ils seront dans la détresse, ils auront recours à moi. »

Osée 5.14-15

Yéchoua le Messie est venu chez nous, sur la Terre, plus précisément sur la Terre d’Israël et auprès du peuple juif. Il a été rejeté et crucifié après un procès injuste mené par le Sanhédrin et le gouverneur romain Pilate. Après Sa mort, Il est ressuscité, apparaissant à Ses disciples juifs 40 jours durant, avant de retourner à Sa place (le Ciel), donnant à Ses disciples l’instruction de diffuser Son message dans le monde entier. Dans ce passage, Celui qui retourne à Sa place dit qu’il y restera (au ciel) « jusqu’à ce qu’ils reconnaissent leur offense » (se repentir d’avoir rejeté Yéchoua comme Messie et l’accepter). Cette offense a entraîné de longues années de dispersion, comme le dit le Seigneur dans Osée,

« j’emporterai, et il n’y aura personne qui délivre! j’emporterai, et il n’y aura personne qui délivre! »

Dans Luc 21, Jésus a prophétisé la chute prochaine de Jérusalem lors de la révolte des Juifs contre les Romains en l’an 70. Cela entraînerait la dispersion du peuple juif dans les nations du monde.

« Lorsque vous verrez Jérusalem investie par des armées, sachez alors que sa désolation est proche. Alors, que ceux qui seront en Judée fuient dans les montagnes, que ceux qui seront au milieu de Jérusalem en sortent, et que ceux qui seront dans les champs n’entrent pas dans la ville. Car ce seront des jours de vengeance, pour l’accomplissement de tout ce qui est écrit. Malheur aux femmes qui seront enceintes et à celles qui allaiteront en ces jours-là! Car il y aura une grande détresse dans le pays, et de la colère contre ce peuple. Ils tomberont sous le tranchant de l’épée, ils seront emmenés captifs parmi toutes les nations, et Jérusalem sera foulée aux pieds par les nations, jusqu’à ce que les temps des nations soient accomplis. »

Luc 21.20-24

La prophétie selon laquelle Jérusalem serait foulée aux pieds ou dominée par les Nations « jusqu’à ce que [leurs temps] soient accomplis » évoque leur mainmise sur Jérusalem tout au long de notre ère, ce qui devait se poursuivre jusqu’au moment où, vers la fin des temps, les Juifs seraient ramenés en Terre Promise jusque dans la ville, restituée au peuple d’Israël pour devenir le centre de la domination de Dieu sur la Terre après le retour du Messie Jésus. La restauration actuelle d’Israël en tant que nation, avec le rassemblement du peuple juif sur la terre d’Israël et à Jérusalem, est un signe de la venue prochaine du Messie (Ézéchiel 36, Jérémie 31, Zacharie 12, Luc 21.24).

Ce processus a commencé avec les événements de la restauration d’Israël en tant que nation en 1948 et la prise de la vieille ville de Jérusalem en 1967. Il s’achèvera lors de la Seconde Venue de Jésus. Ce sera la fin des « temps des Gentils » (domination des Gentils sur Jérusalem), prophétisée par Daniel 2.44-45, Daniel 7.13-14 et Zacharie 12-14.

Israël, incrédule, a été mis à part en ce qui concerne les promesses de salut de Dieu, afin que les Gentils puissent connaître le salut (voir Romains 11). Cependant, le peuple juif est resté un peuple identifiable pendant les années de dispersion, prêt à être restauré à Dieu à la fin de cet âge.

Certaines Écritures indiquent qu’à la fin des temps, Israël et le peuple juif seront au cœur-même des desseins de Dieu (Romains 11.11-32, Apocalypse 7, 11.1-13). Jésus a prophétisé à Jérusalem qu’au moment de son retour, Il serait accueilli par la salutation juive réservée au Messie à venir.

« Baruch ha ba be shem Adonai / Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur! »

Voir Matthieu 23.39

Zacharie 12 indique qu’au moment de la fin, lorsque le peuple juif sera restauré à Jérusalem et qu’un conflit international fera rage au sujet du statut de cette ville, Dieu révélera Celui qui a été transpercé (mort par crucifixion) comme étant le Fils unique de Dieu et le Fils de l’Homme – Yéchoua / Jésus le Messie :

« Alors je répandrai sur la maison de David et sur les habitants de Jérusalem Un esprit de grâce et de supplication, Et ils tourneront les regards vers moi, celui qu’ils ont percé. Ils pleureront sur lui comme on pleure sur un fils unique, Ils pleureront amèrement sur lui comme on pleure sur un premier-né. »

Zacharie 12.10

Dans le chapitre 6 d’Osée, il y a un appel à revenir au Seigneur et une promesse d’un renouveau de la fortune d’Israël.

« Venez, retournons à l’Éternel! Car il a déchiré, mais il nous guérira; Il a frappé, mais il bandera nos plaies. Il nous rendra la vie dans deux jours; Le troisième jour il nous relèvera, Et nous vivrons devant lui. Connaissons, cherchons à connaître l’Éternel; Sa venue est aussi certaine que celle de l’aurore. Il viendra pour nous comme la pluie, Comme la pluie du printemps qui arrose la terre… »

Osée 6.1-3

Le Seigneur inversera alors l’œuvre du jugement (Il a déchiré, Il a frappé) et inaugurera un temps de guérison et de restauration. Le verset 2 dit :

« Après deux jours, Il nous fera revivre, le troisième jour, Il nous ressuscitera ».

L’une des interprétations de ce « troisième jour » est qu’il a quelque chose à voir avec la résurrection de Jésus d’entre les morts trois jours après qu’Il a été crucifié. Une autre interprétation, que je préfère, veut qu’il s’agisse d’une période de 2000 ans (deux jours) arrivant à son terme lorsque Dieu restaurera le royaume d’Israël au début du troisième jour (la période finale de 1000 ans).

Dans les Écritures, le jour du Seigneur nous est présenté comme durant mille ans :

« Car mille ans sont, à tes yeux, Comme le jour d’hier, quand il n’est plus, Et comme une veille de la nuit… »

Psalm 90.4

« Mais il est une chose, bien-aimés, que vous ne devez pas ignorer, c’est que, devant le Seigneur, un jour est comme mille ans, et mille ans sont comme un jour. »

2 Pierre 3.8

Vivons-nous dans les derniers jours ?

Doit-il donc y avoir un écart de 2000 ans entre la première et la seconde venue du Messie ? Convaincus que c’était bien le cas, certains se sont enthousiasmés à l’aube du présent siècle à l’idée que Jésus allait S’en retourner, mais en fait, rien de significatif ne s’est produit en l’an 2000. Cette année est arrivée quelque 2000 ans après la naissance de Jésus, bien qu’il soit probablement né entre l’an -4 et l’an 1. Le système de datation avant/après Jésus-Christ a été mis en place par un savant romain, Dionysus Exiguus, au cinquième siècle, qui a commis une légère erreur dans ses calculs sur la date de naissance de Jésus.

Bien que la naissance de Jésus soit un événement merveilleux, ce n’est pas celui-là, d’un point de vue biblique, qui a donné le coup d’envoi de la dispensation ou ère actuelle. Cela s’est produit avec la mort et la résurrection du Seigneur Jésus et l’envoi du Saint-Esprit le jour de la Pentecôte. Dieu a mis en route la nouvelle dispensation, par laquelle Il nous remet en accord avec Lui-même par la foi en Jésus le Messie, mort pour nos péchés, enseveli et ressuscité le troisième jour. Ce message de l’Évangile a donné naissance à la véritable Église (l’ecclesia ou assemblée des appelés de Dieu) composée de Juifs et de Gentils qui croient en Jésus.

La date de la crucifixion et de la résurrection du Messie se situe quelque part entre 30 et 33 de notre ère. Il s’agit de l’événement le plus important de toute l’Histoire jusqu’à ce jour, le jour où le Seigneur Jésus a scellé de Son sang la nouvelle alliance, par laquelle tous ceux qui croient reçoivent le pardon des péchés, la vie éternelle et apprennent à connaître Dieu (Jérémie 31.31-34). Si vous ajoutez 2000 ans à cette date, vous arrivez à 2030 – 2033.

Alors, suis-je en train de dire que c’est à cette date que se produira le retour du Messie sur la Terre et la fin de notre ère telle que décrite dans notre article précédent ? Pas forcément car il demeure plusieurs inconnues. Mais ça n’est pas sans présenter un certain intérêt si l’on tient compte du rythme effréné auquel les événements prophétiques se succèdent à l’heure actuelle. Si c’est le cas, nous pouvons nous attendre à être témoins, au cours des dix prochaines années, d’événements très importants d’un point de vue prophétique. Il est intéressant de noter que 2030 est la date fixée par l’ONU pour la réalisation de son Agenda 30.

Quelle que soit la date de sa venue, le Seigneur nous a dit de veiller et d’attendre son retour, qui est la « bienheureuse espérance » de la véritable église croyante :

« Car la grâce de Dieu, source de salut pour tous les hommes, a été manifestée. Elle nous enseigne à renoncer à l’impiété et aux convoitises mondaines, et à vivre dans le siècle présent selon la sagesse, la justice et la piété, en attendant la bienheureuse espérance, et la manifestation de la gloire du grand Dieu et de notre Sauveur Jésus-Christ, qui s’est donné lui-même pour nous, afin de nous racheter de toute iniquité, et de se faire un peuple qui lui appartienne, purifié par lui et zélé pour les bonnes oeuvres. »

Tite 2.11-14

Tony Pearce

Add comment